Jan 11

SENSIBILISATION A L’ACCESSIBILITÉ WEB

Expert en accessibilité web chez mc2i Groupe, Yann Goupil est venu sensibiliser nos équipes à l’accessibilité du Web. Voici ses préconisations et ce que nous avons retenu :

ACCESSIBILITÉ WEB : DE QUOI PARLE-T-ON ?

« Mettre le web et ses services à la disposition de tous les individus, quel que soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique ou leurs aptitudes physiques ou mentales. »

Sir Tim Berners-Lee,
Co-inventeur du web, Directeur du W3C

Selon le W3C et sa branche la « Web Accessibility Initiative », l’accessibilité du web signifie que les personnes handicapées peuvent utiliser le Web. Plus précisément, l’accessibilité signifie que le Web est conçu pour que ces personnes puissent percevoir, comprendre, naviguer et interagir de manière efficace avec le Web, mais aussi créer du contenu et apporter leur contribution au Web.

L’accessibilité du Web vise toutes les déficiences, qu’elles soient visuelles, auditives, motrices, cognitives, neurologiques ou liées à la parole.

HANDICAP ET WEB, VRAIMENT INCOMPATIBLES ?

Les personnes concernées par l’accessibilité numérique ont des profils et des contextes d’utilisation très variés. Il existe une multiplicité de handicaps : handicaps physiques et sensoriels (moteurs, auditifs, visuels) ; handicaps mentaux (intellectuels, cognitifs (DYS), psychiques) ; polyhandicaps (handicap moteur ou sensoriel + handicap mental) et les troubles de santé invalidants.

A cette diversité des handicaps correspondent de nombreuses manières de naviguer sur le Web : navigation au clavier ou avec des périphériques adaptés (eye-tracking, contrôle vocal et même par la pensée…), utilisation d’un lecteur d’écran, etc.

L’accessibilité web, c’est donc rendre possible l’utilisation d’un site par une personne handicapée. Le fait qu’une personne ne puisse pas accéder à un site n’est pas une discrimination en soi. Par contre, le refus  de réaliser des « aménagements raisonnables » par les responsables d’un site permettant à cette personne d’utiliser ce site, constitue une discrimination.

LA CLÉ : UNE DÉMARCHE D’INCLUSION

Il n’est pas question de faire un site web dédié à chaque handicap : il faut inclure les personnes en situation de handicap dans son processus de création.

Handicap Visuel : Daltonisme, cataracte, presbytie, cécité complète…

  • Difficultés rencontrées : Navigation de page en page difficile, lecture des zones de texte difficile ou impossible, illisibilité d’une page à cause du manque de contraste de couleurs
  • Comment les éviter ? Décrire les images, faciliter la navigation par des libellés explicites, différencier l’avant de l’arrière-plan grâce aux contrastes, ne pas véhiculer de l’information via un code couleur

Handicap AuditifSurdité partielle ou totale

  • Difficultés rencontrées : Difficultés à entendre les sons des vidéos ou des fichiers audio
  • Comment les éviter ? Offrir la possibilité de visualiser des sous-titres pour les contenus vidéo et produire des transcriptions textuelles

Handicap moteur : Paraplégie, sclérose en plaque, traumatisme…

  • Difficultés rencontrées : Difficultés à utiliser le matériel informatique
  • Comment les éviter ? Rendre la navigation possible au clavier, veiller à ce que la navigation soit simplifiée, supprimer la limite de temps de saisie, mettre en place de l’aide à la saisie

POURQUOI SOMMES-NOUS TOUS CONCERNÉS? 

La Web Accessibility Initiative édite des standards, les « Web Contents Accessibility Guidelines » devenus depuis 2012 une norme ISO. Ils présentent des principes généraux qui portent que la perceptibilité, la compréhension, l’utilisation et la robustesse des sites Web.

Ces règles et critères, qui ne sont pas spécifiques à un langage ou à une technologie, sont classés en 3 niveaux de priorité :

  • A: Niveau minimal – Ex : fournir un équivalent textuel à un contenu non textuel
  • AA: Niveau normal – Ex : Visibilité du focus
  • AAA: Niveau amélioré – Ex : Langue des signes

En France, vous pouvez retrouver toutes ces informations dans le Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA) : http://references.modernisation.gouv.fr/rgaa/

Le corpus regroupe 13 thématiques, suivants 131 critères et jusqu’à 335 tests unitaires :

Cadres / Images / Présentation / Structuration / Couleurs / Multimédia / Scripts / Tableaux / Formulaires / Navigation / Liens / Consultations / Éléments obligatoires

Depuis 2018, l’article 80 de la Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel, a augmenté les exigences en matière d’accessibilité puisque le périmètre des structures s’étend désormais à toutes les structures pouvant porter une délégation de service public, comme les compagnies d’eau, d’électricité, de gaz…

Et ces exigences tendent à apparaître désormais sur le secteur privé, pour les sociétés dépassant un certain seuil de chiffre d’affaire ; seuil qui sera prochainement annoncé dans le décret d’application de cet article 80. Des sanctions financières pourront être envisagées, montant pouvant alors monter jusqu’à 25.000 € par site et par an.