Juil 20

PROJETS INTERNES, COMMENT LES RENDRE RENTABLES ?

Refonte de site web, développement d’un intranet, d’une application… avec la digitalisation des entreprises, les projets internes se multiplient.

Quelle que soit votre activité ou votre secteur, vous pouvez être amené à lancer un projet digital lié à votre stratégie ou à l’organisation interne de votre société.  

Dans cet article, nous vous proposons de revenir sur les éléments essentiels à prendre en compte pour que votre projet soit rentable.

 

TOUT PROJET NAIT D’UN BESOIN.

Au fil de votre croissance et de vos ambitions de développement, nombreux sont les projets internes à voir le jour.

Qu’il s’agisse de la refonte de votre site corporate ou du développement de votre intranet, chaque projet répond à un besoin : nouveaux clients, digitalisation de processus métiers… Vous devenez donc votre propre client et vos objectifs-cibles peuvent être très variés selon votre projet.

Lorsque vous travaillez sur un projet pour un client, vous avez l’habitude d’organiser des ateliers pour bien comprendre son besoin, de rédiger des spécifications fonctionnelles que vous validez avec lui …

En effet, la spécification permet de formaliser à l’écrit le besoin du client, et d’assurer ainsi la bonne compréhension du message.

Pour vos propres projets vous devez faire la même chose ! Comprendre le besoin interne est une étape essentielle pour mener à bien votre projet.

BUDGET ET R.O.I, FACTEURS CLÉS DE VOTRE RÉUSSITE 

Le budget est un élément essentiel ! Lorsque vous répondez à un appel d’offre et que vous vendez votre projet à un client, celui-ci connaît son budget et vous contraint à le respecter.

Dans le cas d’un projet interne, vous êtes votre propre client, vous devez donc être prêt à investir !

Lorsque vous vous fixez un budget pour un projet interne, pensez à ce que cela doit vous rapporter : des nouveaux clients pour une refonte de site ou encore un gain de temps grâce à une application métier…  Estimez au plus près votre R.O.I et vous pourrez aménager votre budget en conséquence.

Par exemple, un budget contraint est une bonne option pour baliser votre projet – vos équipes de développement pourront établir facilement un chiffrage – plutôt que de partir d’une liste de fonctionnalités à rallonge qui risque d’alourdir fortement vos coûts.

FIXEZ-VOUS UNE RENTABILITÉ RÉELLE ET RÉALISTE !

Si vous vous fixez une enveloppe budgétaire sans définir de rentabilité, vous risquez d’échouer dans votre projet.

Une fois votre budget et votre rentabilité définis, veillez à bien les respecter pour éviter de dépenser du temps de travail supplémentaire, ce qui risque gravement de nuire à la rentabilité d’autres projets – ceux de vos clients – ou même à la rentabilité de votre société !

La rentabilité n’est peut-être pas importante pour gagner de l’argent sur un projet interne, mais elle est un élément clé pour ne pas en perdre !  Elle permet aussi de calculer vos performances, notamment connaître le temps de travail pour ce projet ou savoir si votre chiffrage a été correctement réalisé.

DEUX MAÎTRES MOTS : ORGANISATION & MÉTHODOLOGIE

Tout comme un projet client, vous devez respecter aussi votre business model et votre méthodologie de travail.

Votre planning doit être clairement établi et ses différentes phases doivent être bien définies (conception, développement, recette…) et gérées en amont. En effet, vous devez valider vos ressources internes, surtout si vous comptez sur un collaborateur et que celui-ci s’avère être occupé sur un projet prenant !

Définissez une méthodologie de travail, répartissez des tâches de façon claire entre vos équipes et choisissez les outils appropriés : méthode kanban, outils de bug tracking, outils de ticketing… et affectez-les en fonctions des disponibilités et des compétences de chacun en interne.

N’oubliez surtout pas de passer par l’étape « Identification des risques » avant chaque démarrage de projet. Vous pourrez ainsi facilement contrôler la qualité d’un projet et ainsi d’en lever les risques.

L’organisation de votre projet, pour qu’il soit rentable, est donc un facteur clé.

CÔTÉ TECHNIQUE

La technique est également un élément essentiel à prendre en compte.  En effet, dans le cadre de projets internes, beaucoup pensent que le choix technique n’est pas à prendre au sérieux, pourtant il est à la base de la réussite de votre projet.

Le choix de la technique n’est pas si flexible, et de nombreuses erreurs peuvent être commises :

  • Si vous choisissez de tester de nouvelles technologies, elles doivent apporter un véritable plus à votre projet interne. N’oubliez pas que vous devez maitriser un minimum cette techno, au risque de perdre en rentabilité. Terminé les projets «crash-test » !
  • Accorder trop d’importance à une nouvelle technologie présente également un risque important. Bien que certaines technos soient attrayantes, pensez à la maintenabilité, l’ergonomie, la puissance… Ne vous laissez pas distraire et passer à côté de l’objectif de votre projet !
  • Une dernière erreur, à contrario, consiste à se reposer sur ses lauriers et opter pour une technologie en perte de vitesse ou pas assez puissante. Vous risquez de devoir reprendre votre projet, et perdre en temps, en argent, en énergie… et donc encore en rentabilité !

CHEZ THECODINGMACHINE

Depuis notre création en 2005, nous développons en interne différents outils que nous utilisons quotidiennement :

  • la TimeMachine pour suivre nos congés, nos absences…
  • la QaMachine pour suivre la qualité de nos projets
  • la ToDoMachine pour de gérer nos différentes tâches et activités

Au-delà d’utiliser nos propres outils de gestion, développer des projets internes permet aux équipes, et notamment aux chefs de projets juniors, de se former sur des technologies nouvelles, sur des méthodologies particulières, d’apprendre à rédiger des specs ou à élaborer correctement un chiffrage.

En conclusion, un projet interne n’a donc pas de différence avec un projet pour un client, que ce soit de l’expression de besoin, de l’organisation d’ateliers, de spécifications, de budget ou de planning…