La définition du périmètre : facteur essentiel du sauvetage de projet
Déc 11
  • Sauvetage de projet TheCodingMachine
  • Sauvetage de projet 2 TheCodingAMchine

La définition du périmètre : facteur essentiel du sauvetage de projet

La peur du « pas assez » ou le périmètre à la dérive

La peur du “pas assez” est un symptôme fréquent. Dès l’origine du projet, le client définit un périmètre très vaste ou
exprime des besoins de plus en plus complexes au fur et à mesure du projet.
Ce cas est fréquent lorsque le client souhaite lancer une nouvelle activité. Proposer de nombreuses fonctionnalités
donne l’impression rassurante d’offrir un service plus complet au client final. Dans la réalité, c’est souvent l’inverse. Il faut définir le périmètre le plus petit possible, tester rapidement et redéfinir le besoin en utilisant les retours utilisateurs ou bêta testeurs (“Pave the cow path”).

Définir un périmètre très vaste donne aussi l’impression trompeuse de coûter moins cher qu’un développement en
plusieurs étapes. Cela ne reste qu’un leurre. Au final, si de nombreuses fonctionnalités ne servent pas, le coût de ces
développements inutiles et de l’effort nécessaire pour les produire peut mener le projet vers l’échec. La dérive d’un périmètre peut aussi être attribuée à une mauvaise gestion de projet. Un prestataire en mauvaise position, comme par exemple dans le cas d’un retard important ou d’un problème de ressources, peut accepter des développements complémentaires en espérant conserver de bonnes relations avec son client. Il lui rend un mauvais service. En cumulant retard et nouveaux développements, le projet risque d’être encore plus long à
finaliser.

Le prix hameçon

Le prix proposé par le prestataire est volontairement bas afin de “hameçonner” le client. Un prestataire minimise volontairement le prix de la prestation afin de remporter le marché.
Au fil du projet, deux situations se présenteront :
• Les développements continuent car vous acceptez de nombreux avenants par rapport au prix initial
• Le projet est bloqué car vous ne souhaitez pas (ou ne pouvez pas) continuer à payer.
Ce “faux prix” peut fortement dégrader la relation que vous entretenez avec votre prestataire à mesure que le projet
avance.
Il est cependant nécessaire de faire la différence entre un acte délibéré (un prestataire qui hameçonne un client) et un périmètre qui évolue et grandit anormalement en cours de route (là, c’est un peu la faute du donneur d’ordre).