Jan 18

Méthodologie SCRUM

Agile ? Scrum ? Plutôt traditionnelle ?

Choisir la bonne méthodologie en fonction de son projet n’est pas toujours chose facile… Cette semaine nous vous parlons de SCRUM, que nous avons mis en place pour certains de nos clients ! 

UNE AUTRE APPROCHE DE LA GESTION DE PROJET

Le terme agile définit une approche qui remet en question les méthodes dites traditionnelles, comme les cycle en V par exemple, qui laissent peu de place au changement. En impliquant au maximum le client, les méthodes agiles quant à elles permettent une plus grande réactivité.

Ce principe d’agilité repose sur 4 valeurs fondamentales et valorise :

  • Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils
  • Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive
  • La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle
  • L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

Aujourd’hui, ces méthodes ont fait leurs preuves et tout le monde ou presque à déjà entendu parler d’une méthode Agile : Kanban, eXtreme Programming, RAD, Scrum…

LES VALEURS DE SCRUM : la F.O.R.C.E

Le travail réalisé en Scrum exige transparence, inspection, adaptation et que les interactions de l’équipe reposent sur un ensemble de valeurs. Et en adoptant les cinq valeurs suivantes, l’équipe contribue encore davantage à sa santé et à sa réussite.

Focalisation : Le fait de définir un objectif tangible et simple afin de faire travailler tous les membres de l’équipe dans la même direction et produire un travail de meilleure qualité.

Ouverture  : Travailler ensemble suppose que nous communiquons sur la façon dont nous travaillons, sur ce qui nous empêche d’avancer ou sur ce qui nous inquiète pour mieux le traiter ensemble.

Respect : Partager succès et échecs, c’est apprendre à se respecter les uns les autres, tout comme l’entraide inspire le respect.

Courage : Une équipe soudée apporte du soutient et permet de faire appel à davantage de ressources. Elle donne le courage de relever de plus grand défis mais aussi d’apprendre de nos échecs.

Engagement : En maîtrisant les périodes de sprint, que nous évoquerons plus bas, l’avenir du projet est lui aussi maîtrisé et le chemin du succès est engagé.  

LA MÉTHODOLOGIE SCRUM

Scrum est considéré comme un cadre de gestion de projet et est constitué d’une série de rôles, de réunions et d’artefacts.

Scrum définit 3 rôles :

  • Le Product Owner porte la vision du produit à réaliser et représente en règle générale le client. C’est l’expert métier de la team, qui effectue l’analyse nécessaire aux prise de décisions et priorise les exigences fonctionnelles ou non du projet (Product Backlog).
  • Le Scrum Master est le garant de la méthodologie scrum. Pédagogue et diplomate, il s’assure que l’équipe en charge du projet adopte bien les principes et les valeurs de scrum.
  • La Dev Team, composée de 3 à 9 collaborateurs réalise le produit ou la solution demandée par le client.

La vie du projet est rythmée par un ensemble de réunions clairement définies et limitées dans le temps ; c’est ce que l’on appelle le time boxing :

  • Le Sprint :  Il peut varier entre quelques jours et un mois maximum selon les projets, est un intervalle de temps  appelé itération, pendant lequel la Dev Team va concevoir, réaliser et tester de nouvelles fonctionnalités.
  • Le Sprint Planning : Réalisée à chaque début de sprint, l’équipe de développement sélectionne les éléments prioritaires du “Product Backlog” qu’elle pense pouvoir réaliser au cours du sprint, toujours en accord avec le Product Owner.*

  • Le Daily Scrum ou mêlée : Réunion quotidienne de 15 minutes maximum, elle permet aux membres de la Dev Team de se synchroniser, d’identifier les difficultées rencontrées et de mesurer son avancement sur le sprint en cours.
  • La Sprint Review : Réalisée en fin de sprint, elle consiste à présenter aux parties prenantes les fonctionnalités développées au cours du sprint, de recueillir leurs remarques et de faire le point sur l’avancement général du projet.

  • La Sprint Rétrospective :  Elle a pour but d’échanger  sur les problèmes méthodologiques ou organisationnels rencontrés tout au long du sprint, d’en tirer des leçons et de les mettre au profits des suivants ( amélioration continue collective).

ARTEFACTS SCRUM

Product backlog, sprint backlog, graphique d’avancement… de nombreux artefacts – ou outils- participent au cadrage de la méthodologie scrum :

  • Planning Poker : c’est une technique d’estimation collective.  Chaque élément du Product Backlog est estimé collectivement en se basant  sur l’unité appelée « Story Point ». Cette estimation va notamment aider le Product Owner à prioriser son Product Backlog.
  • Story Point : Cette unité d’estimation permet de faciliter l’estimation et la planification des Sprints, tout en évitant de tomber dans l’illusion de la précision des estimations ou l’amalgame entre les jour/hommes et le délai de réalisation.
  • User Story : Technique permettant de formaliser synthétiquement les besoins sans perdre de vue l’essentiel : le besoin concerne QUI, en QUOI il consiste et dans quel BUT.
  • Product Backlog : il s’agit d’une liste ordonnancée des besoins généralement formulé sous forme de User Stories et gérée par le Product Owner.
  • Definition of Done (DOD) : Permet de déterminer à quel moment une tâche est aboutie et livrée, celle-ci peut être exprimée sous forme d’une checklist.

LA CERTIFICATION CHEZ SAEGUS :
En 2018, certains de nos collaborateurs ont passé la certification officielle de la méthodologie SCRUM chez Saegus.